Assemblée Générale du MAP-EPI 2021
Assemblée Générale du MAP-EPI 2022
Contacts et référents
LE MAP-EPI a déménagé !
Nos fondements
Nos structures
Notre Programme
ReseauxSociaux

1 articles.

• Website : www.LeMAP.be • Mastodon : www.mastodon.social/@LeMAP_be • Twitter : (...)

Nos Fondements

1 articles.

Membership

1 articles.

Devenez membre du MAP / Renouvelez votre affiliation (cotisation et formulaire d’adhésion à (...)

nos missions

1 articles.

Des nouvelles du CA !

1 articles.

Vous retrouvez ici un résumé des sujets abordés lors des réunions bimensuelles des (...)

Stop OGM

6 articles.

STOP OGM ! (Organismes Génétiquement Modifiés)📌 https://www.eurovia.org/fr/theme/semences-ogm📌 (...)

Agroécologies (AE)

6 articles.

💢 AgroEcologie Paysanne (AEP) 💢Documents-clés sur l’AEP selon La Via Campesina & Nyéléni à (...)

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES NATIONS UNIES SUR LES DROITS DES PAYSANS ET DES AUTRES PERSONNES (...)

Semences

2 articles.

Nos positions sur les semences et leur libre reproduction et circulation

AGROTOXICS KILL !LES PRODUITS AGROTOXIQUES TUENT !Campagne de La Via Campesina pour la défense (...)

Via Campesina

15 articles.

Quelques soient les frontières qui nous séparent... L’union fait la force.

A l’occasion de Journée internationale des droits des femmes, nous saluons les luttes historiques (...)

Nous défendons la souveraineté alimentaire et nos territoires, contre la violence, les expulsions (...)

Agriculture Paysanne

2 articles.

L’agriculture paysanne, une agriculture au service de la société https://www.confederationpaysanne.fr/g

Le Systeme Participatif de Garantie, l’intérêt et la richesse des rencontres, des échanges et de (...)

L’agroécologie Paysanne prend soin de la biodiversité et du vivant & refroidit la planète et (...)

NYÉLÉNI PROCESSUS

1 articles.

NYÉLÉNI PROCESSUS : UN MOUVEMENT INTERNATIONAL POUR LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIR Le Forum (...)

💢 L’AgroEcologie Paysanne (AEP) 💢 selon La Via Campesina & NyéléniDocuments-clés sur l’AEP selon (...)

LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE MAINTENANT ! 📌 Un guide de La Via Campesina sur la Souveraineté (...)

Méthanisation agricole : ça sent le gaz, le greenwashing, l’industrialisation/exploitation vers un (...)

Plus qu’un droit, l’accès à la terre est un besoin, et encore plus pour les paysanNEs.📌 (...)

StopTNCimpunity

1 articles.

Pour une PAAC : pour une Politique Agricole et Alimentaire Commune en faveur d’une agriculture (...)

Agrocarburants

1 articles.

La Saint Eloi

10 articles.

Le conseil de la St Eloi, c’est notre fête et nous en profitons pour faire ensemble le point sur (...)

Journée Internationale des Luttes paysannes

Qualité

4 articles.

La Petite Foire

7 articles.

Notre événement annuel par contraste avec la grande foire agricole de LibramontLA PETITE FOIRE (...)

Filière Lait

12 articles.

Groupe de travail autour de la crise laitière

ODD / SDG

2 articles.

Le MAP a été désigné le 26 septembre 2016 Ambassadeur pour promouvoir en Belgique les Objectifs du (...)

SPAP

8 articles.

Symposium Populaire pour une Agriculture Paysanne. les signaux d’alarme sont au rouge quand à la (...)

#JeSuisPaysanNE

17 articles.

L’action #JeSuisPaysanNE lancée en 2015, suite à l’affaire du fromage de Herve au lait cru et (...)

Filière pain

1 articles.

Car le pain est plus qu’un grand carré vendu dans les supermarchés

De paysan à paysan : P2P !

Présentation du Centre de formation du Mouvement d’Action Paysanne.

Des formations sur une thématique spécifique de l’agriculture paysanne.

Une immersion dans la vie de l’agriculture paysanne au quotidien, vivez une saison entière en (...)

Le parcours EPICREA

1 articles.

Un parcours complet d’accompagnement vers votre installation en agriculture (...)

Actions du MAP

8 articles.

Actions collectives

27 articles.

Le MAP et ses membres participent régulièrement à des actions réunissant plusieurs associations (...)

JusticePourJerome

5 articles.

Les Brigades d’Actions Paysannes (BAP) Les BAP, c’est une plateforme collective autogérée pour et (...)

Refiler aux “pauvres” nos voitures usagées ?

Refiler aux “pauvres” nos voitures usagées ?

12 novembre 2020 par Alain Geerts.
Partagez sur vos réseaux

De très nombreux véhicules d’occasion ont une seconde vie dans des pays « en développement », notamment en Afrique. Si leurs habitants font des merveilles avec des moyens parfois très limités pour faire rouler longtemps nos vieilles voitures, ce n’est pas sans conséquences sur la santé et le climat. L’ONU vient de publier un état des lieux de cette pratique commerciale peu régulée, le premier du genre. Présentation, analyse critique et recommandations prudentes. De quoi ouvrir la réflexion sur l’urgence de développer une filière de réhabilitation contrôlée chez nous.

Table des matières : Des millions de véhicules d’occasion exportésTrois études de casL’état des équipements d’émission et de sécuritéRecommandations du rapport : vers un automobilité moins sale dans les pays non OCDENos recommandations : mieux distinguer les responsabilités et contribuer à la mise sur pied d’une mobilité durable dans les pays importateursProposition : développer une filière de réhabilitation

Dans une précédente nIEWs , nous avons abordé la question de la réhabilitation des véhicules via un procédé particulier : le rétrofit, c’est-à-dire la possibilité de mettre un moteur électrique dans un véhicule usagé à motorisation thermique (essence, diesel, gaz).

Cette pratique mériterait une reconnaissance officielle et la liste de ses avantages est longue. Un nouvel argument vient encore la renforcer : elle permet de restreindre et/ou réguler l’envoi de véhicules usagés mais loin d’être en fin de vie – vers des pays en développement.

Ce commerce existe depuis longtemps, mais il s’est accru ces dernières années sous la pression toujours plus forte des lobbies de l’automobile qui multiplient les appels au déploiement de politiques visant « à assurer une renouvellement plus rapide du parc automobile ». Parmi ces politiques on compte notamment la création de zones de basses émissionshttps://www.iew.be/le-vieillissemen... 1. Une aubaine pour les acteurs de la filière d’exportation, un désastre pour la santé et l’environnement dans les pays importateurs.

C’est à ce commerce de véhicules polluants qu’un récent rapport du Programme des Nations unies pour l’environnent https://www.unep.org/resources/repo... 2(Pnue) vient d’être consacré. Il a été publié fin octobre. Ce serait le premier en la matière.

Des millions de véhicules d’occasion exportés

« Des millions de voitures, fourgonnettes et minibus d’occasion de piètre qualité sont exportées depuis l’Europe, les États-Unis et le Japon vers les pays en développement. Cela contribue de manière significative à la pollution atmosphérique et entrave les efforts visant à atténuer les effets du changement climatique » précise d’emblée les auteur·rices du rapporthttps://www.unenvironment.org/fr/ac... 3.

Les véhicules d’occasion de mauvaise qualité entraînent aussi une augmentation des d’accidents de la route. De nombreux pays ayant une réglementation « très faible » (very weak) ou « faible » (weak) sur les conditions d’importation des véhicules d’occasion, comme le Malawi, le Nigeria, le Zimbabwe et le Burundi, ont également un taux de mortalité routière très élevéhttps://www.iew.be/refiler-aux-pauv... 4.

Entre 2015 et 2018, 14 millions de véhicules d’occasion ont été exportés dans le monde. 80 % vers des pays à faible et moyen revenu. Le rapport est basé sur l’analyse approfondie de 146 pays. Parmi ceux-ci, ce sont les pays africains qui ont importé le plus grand nombre de véhicules d’occasion (40 %) au cours de la période étudiée, suivis par les pays d’Europe de l’Est (24 %), d’Asie-Pacifique (15 %), du Moyen-Orient (12 %) et d’Amérique latine (9 %). <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Figure 1 https://www.unenvironment.org/resou... 5 : Part des véhicules légers d’occasion exportés d’Europe, des Etats-Unis et du Japon vers les 146 pays pris en considération sur la période 2015 – 2018. Forte augmentation en 2018 depuis l’Europe qui correspond à l’accroissement des politiques d’accélération du renouvellement du parc automobile. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Carte 1 : répartition des exportations de véhicules légers d’occasion en fonction de leur norme Euro. (ndrl : Banned = ce sont les pays qui interdisent l’importation de véhicules d’occasion)

Deux tiers de ces pays ont des politiques « faibles » voire « très faibles » pour réglementer l’importation. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Carte 2 : « Qualités » de la gestion des importations de véhicule d’occasion. (ndrl : Banned = ce sont les pays qui interdisent l’importation de véhicules d’occasion. Voir figure 2 ci-dessous pour les niveaux de régulation). <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Figure 2 : niveaux de régulation environnementale retenus par l’étude.

L’Afrique est au centre de la réflexion menée ici.

Selon le rapport, réglementer l’importation des véhicules d’occasion via des normes d’ancienneté et d’émission permet aux pays importateurs d’accéder à des véhicules de bonne qualité, y compris des voitures hybrides et électriques, à des prix abordables. Aucune mention n’est faite des pays qui ont décidé de bannir toutes importations.

Trois études de cas

1. Au Kenya, plus de 95 % des véhicules actuellement ajoutés au parc de véhicules légers sont des véhicules d’occasion importés, principalement du Japon. Le pays a imposé une limite d’âge : 8 ans maximum. La majorité des véhicules importés ont donc environ 7 ans.

L’Ouganda et le Rwanda, pays voisins, importent également des véhicules d’occasion du Japon. L’Ouganda a imposé, en 2019, une limite d’âge de 15 ans et le Rwanda n’a aucune limite d’âge. Les différences entre ces 3 pays en termes de consommation de carburant et d’émission de C02 parlent d’elle-même comme l’indique le tableau ci-dessous. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...>

2. Les Pays-Bas sont un important exportateur de véhicules d’occasion via ses ports de Rotterdam et d’Amsterdam : 35 000 véhicules sont notamment parti vers l’Afrique de l’Ouest en 2017-2018.

En décembre 2019, l’inspection de l’environnement a testé 160 véhicules destinés à l’exportation vers l’Afrique dans le port d’Amsterdam. Plus de 80 % des véhicules étaient inférieurs à la norme Euro 4 et la plupart n’avaient pas de certificat de circulation routière valide. Un nombre important était dépourvu ou avait des équipements d’émission et de sécurité clés défectueux. Plus que l’ancienneté des véhicules, c’est leur dégradation qui semble déterminante.

3.L’île Maurice – est un petit État insulaire en développement qui a mis en place avec succès un ensemble de politiques visant à améliorer la qualité des véhicules d’occasion. Elle n’autorise que les véhicules d’occasion de trois ans et moins. Elle a également introduit un système de taxation des véhicules basé sur le CO2 et mis en place un système de vérification et d’inspection des véhicules d’occasion. Récemment, l’île Maurice a introduit des incitations fiscales pour les véhicules à faibles émissions.

L’état des équipements d’émission et de sécurité

Le test de l’inspection de l’environnement hollandaise est important car il attire l’attention sur la différence qu’il y a entre un vieux véhicule qui serait encore en bon état et un dont les équipements seraient défectueux ou manquants (car volontairement enlevés).

Par exemple, pour respecter les dernières normes d’émissions, les voitures modernes doivent être équipées de systèmes de dépollution. De cette manière, les gaz d’échappement sortie moteur (donc avant de passer dans les systèmes de dépollution) peuvent se permettre d’être plus polluants qu’avant. Mais dès lors que le système de dépollution devient défectueux ou est retiré, la voiture pollue plus qu’une voiture ancienne.

Recommandations du rapport : vers un automobilité moins sale dans les pays non OCDE

« L’absence de normes et de réglementations efficaces facilite le dumping de véhicules anciens, polluants et dangereux. Les pays développés doivent cesser d’exporter des véhicules qui ne répondent pas aux critères des inspections environnementales et de sécurité et qui ne sont plus considérés comme étant en bon état de marche dans leur pays d’origine, tandis que les pays importateurs devraient introduire des normes de qualité plus strictes » affirme Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

Le rapport avance les recommandations suivantes :

• Au niveau mondial et/ou régional, des réglementations harmonisées devraient être élaborées pour réglementer le commerce des véhicules d’occasion afin de mettre un terme au commerce des véhicules d’occasion obsolètes, dangereux, sales et défectueux.

• La réglementation devrait comprendre des mesures visant à garantir que les véhicules d’occasion contribuent de manière significative au passage à une mobilité plus propre, plus sûre et plus abordable.

• Les règlements devraient être progressivement renforcés dans la décennie à venir.

• Les pays exportateurs et importateurs ont une responsabilité partagée pour améliorer et réglementer les véhicules usagés afin de minimiser leurs impacts négatifs.

• Et enfin, un solide mécanisme de mise en œuvre et d’exécution devrait en outre être mis en place pour vérifier le respect et l’application des règlements convenus.

Nos recommandations : mieux distinguer les responsabilités et contribuer à la mise sur pied d’une mobilité durable dans les pays importateurs

La première figure du rapport est reprise ci-dessous : <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Figure 3 : Croissance du parc mondial de véhicules légers entre 2000 et 2050 – OCDE vs non-OCDE.

Si l’on veut avoir une chance de relever les défis climatique et de préservation de la biodiversité, il faut, au strict minimum, stabiliser les choses au niveau du parc actuel – non, en réalité, il FAUT décroître.

Cette figure, comme d’ailleurs le rapport, ne prend pas en compte le taux de motorisation. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Carte 3 : Taux de motorisation mondial, 2011 à 2014

On observe une différence nette au niveau du taux de motorisation entre les USA, l’Europe et le Japon/Corée du sud d’une part, et l’Amérique centrale et du sud, le reste de l’Asie et l’Afrique d’autre part. Cette distinction correspond à la répartition pays exportateurs/pays importateurs de véhicules d’occasion.

La décroissance nécessaire concerne donc exclusivement les pays sur-motorisés. L’exiger de l’Afrique serait presque indécent . Mais maitriser au mieux la croissance du taux de motorisation des pays aujourd’hui importateurs semble pourtant nécessaire de manière à les « protéger » des dérives d’une sur-motorisation dont on connait les nombreuses conséquences négatives. « Protéger » d’affirmations imaginaires ou idéologiques tel « ma voiture c’est ma liberté » ou « j’ai une (belle) voiture, donc j’ai un statut social plus élevé » ou encore « c’est grâce à la voiture et aux infrastructures routières que l’on peut désenclaver des régions économiquement défavorisées ».

La responsabilité des constructeurs automobiles et des autorités des pays sur-motorisés est grande. Ne conviendrait-il pas qu’il y ait de leur part une reconnaissance explicite d’un défaut de politiques de contrôle efficaces de l’expansion de l’automobilité, ce qui les a conduits à l’impasse actuelle dans la maîtrise des nuisances générées ? Un reproche que l’on pourrait faire au rapport de l’ONU est de n’avoir pas mis en perspective les enjeux actuels d’une mobilité durable dont, principalement, la nécessité d’une réduction de la demande dans les pays industrialisés. Un second reproche est qu’il se contente de “promouvoir” un consensuel partage de responsabilité entre pays importateurs et exportateurs, alors que les faits impliquent une approche plus critique et plus nuancée quant à ce partage.

Les recommandations du rapport, si elles semblent (et sont) raisonnables, sont aussi complexes à implémenter et prennent un temps que nous pouvons difficilement accepter si l’on veut agir efficacement en matière de climat. La fragilité de certains systèmes politiques constitue un aléatoire peu propice à la garantie d’une efficacité suffisante des mesures prises. Prenons l’exemple de l’évolution de la réglementation en RDC. Il s’agit d’un des pays « bénéficiaires » des voitures en fin de vie exportées d’Europe et dont la législation en la matière est considérée comme « very weak ». Il avait cependant décrété une mesure d’interdiction d’importation de véhicules de plus de 20 ans – ce qui est loin d’être une mesure drastique, mais est tout de même un début de régulation. L’actuel gouvernement l’a abolie pour rebooster les ventes auprès des populations les plus pauvreshttps://www.lecho.be/entreprises/in... 6.

L’accessibilité des plus pauvres à l’automobile est l’un des principaux arguments utilisés pour justifier ce commerce. Les populations les plus pauvres ne méritent-t-elles que les restes des populations riches ? Et l’accès à l’automobile est-il un moyen de sortir de la pauvreté ? N’existe-t-il aujourd’hui pas suffisamment d’études qui indiquent que les premières victimes des pollutions liées à l’automobilité (pollution de l’air, bruit, accaparement de l’espace…) sont précisément les populations pauvres, d’ici et de là-bas ? Le rapport le pointe explicitement.

Exiger des gouvernements des pays pauvres de prendre des mesures impopulaires (aussi rationnelles soient-elles) parce qu’ils sont au centre d’une pratique commerciale dérégulée, souvent organisée au départ des pays riches est tout de même interpellant : il revient prioritairement aux responsables des pays sur-motorisés de gérer leur parc automobile vieillissant en se libérant des menaces manipulatrices – notamment sur l’emploi – d’une industrie volontairement irresponsable

https://www.iew.be/refiler-aux-pauv... 7 sur les plans sanitaires et environnementaux. Impliquer, de manière coercitive si elle y rechigne, l’industrie automobile dans cette gestion responsable est incontournable.

On peut a priori avancer que les pays qui ont interdit toute importation sont dans le bon https://www.iew.be/refiler-aux-pauv... 8. Une analyse plus fine est cependant nécessaire. Reconnaissons que ceux qui acceptent des importations de véhicules jeunes ou répondant à des caractéristiques techniques précises (bon état des systèmes de sécurité et dépollution, poids et puissance raisonnable, …) mènent une politique correcte. Les uns et les autres se protègent d’une pratique commerciale dérégulée qui flirte avec les pratiques mafieuses.

Mais il nous semble que tendre vers une interdiction d’exportation dans les conditions décrites devrait être de mise : un commerce qui consiste à vendre dans un pays plus pauvre et souvent très pauvre des objets que l’on n’accepte plus chez soi et qui vont tuer les habitants de ce pays, du fait d’un accroissement des pollutions et de l’insécurité routière ne devrait pas être autorisé. Ce serait la moindre des choses que les pays sur-motorisés, qui disposent de nombreux moyens de le faire (et de l’imposer) prennent leur responsabilité et ne comptent pas sur les comportements vertueux des pays importateurs pour ce faire. Ceci est d’autant plus vrai que par ailleurs c’est dans certains de ces pays que s’est pratiquée et se pratique encore une exploitation dans des conditions déplorables des matières premières nécessaires à la fabrication d’un parc automobile globalement toujours plus énergivorehttps://www.iew.be/electrification-... 9.

Nous ne nous permettrons par ailleurs pas de donner des conseils aux pays importateurs. Tout au plus pouvons nous formuler l’espoir qu’ils tireront les leçons des excès que nous avons autorisés dans nos pays riches, excès qui mènent dans une impasse nos systèmes de mobilité sur-dominés par l’automobile. Ceci est largement décrit dans la littérature.

Déployer un système de transport en commun efficace et accessible au plus grand nombre constituera toujours une meilleure solution de mobilité que faciliter l’accès à la voiture, et ce, particulièrement en milieu urbain.

C’est de ce côté qu’une aide des pays riches devrait s’organiser, aide qui ne serait finalement qu’un juste retour, un dédommagement, voire le paiement d’une dette pour les dégâts occasionnés par l’exploitation du pétrole et l’activité extractive sur les populations pauvres de nombreux pays aujourd’hui importateurs. Paiement d’une dette pour les externalités d’un mode de vie« non négociable » et non négocié des pays développés, principaux émetteurs de gaz à effet de serre et à l’empreinte écologique importante. Réclamer le paiement de cette dette est légitime et nous encourageons les pays concernés à le faire avec force.

Superposer les 2 cartes suivantes avec les 3 précédentes offre des arguments autorisant cette proposition. <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Carte 4 : Emissions de dioxyde de carbone (CO2) par habitant en 2018 (sources : https://atlasocio.com ) <https://www.iew.be/wp-content/uploa...> Carte 5 : Empreinte écologique par habitant, 2014 (sources : https://atlasocio.com )

Proposition : développer une filière de réhabilitation

Le problème de la gestion des voitures vieillissantes devrait donc être assumé en priorité par ceux qui en ont profité quand elles étaient récentes.

Et ce pourrait être une opportunité de création de nouvelles filières d’emplois et d’activités économiques en phase avec la transition de nos sociétés. Ce serait le cas si l’on développait chez nous une filière de réhabilitation bien encadrée. Car finalement, ce que l’on fait, c’est ignorer cette possibilité de réhabilitation qui pourrait être un véritable métier en le laissant aux mains des habitants des pays en voie de développement qui le font sans doute à merveille, mais sans se préoccuper outre mesure des questions de pollution ou des questions climatiques – ce qu’on ne peut décemment pas leur reprocher.

Aujourd’hui, une des personnes qui parle le mieux de cette filière est Laurent Castaignède, ingénieur français, auteur et fondateur du bureau BCO2 Ingénierie, mais aussi auteur du livre Airvore ou la face obscure des transportshttps://www.iew.be/la-face-obscure-... 10. Laissons-lui la parolehttps://reporterre.net/changer-de-v... 11.

« Les pays occidentaux aux réglementations draconiennes obligent les propriétaires à ne remplacer un moteur défectueux que par une référence strictement identique, fût-elle ancienne, alors que les pays émergents s’ouvrent à toutes les propositions techniques, quels que soient l’origine et l’âge respectifs des divers composants… Objectiver un juste milieu est-il crédible ? Dans le secteur du bâtiment, la réhabilitation représente un très vaste marché ; pourquoi le secteur automobile se contente-t-il de celui du neuf et de celui de l’entretien ? »

Le changement d’un moteur et de ses accessoires indispensables ne manque pas d’atouts face à la mise à la casse et à la fabrication d’un véhicule entièrement neuf : beaucoup moins de matériaux mobilisés, beaucoup moins de fret, de l’emploi bien plus local, une empreinte environnementale de fabrication très allégée. Cette pertinence technique est malheureusement plombée par une absence de prise en compte de ce potentiel technique par les constructeurs, par une politique tarifaire dissuasive de la distribution des pièces en après-vente, par une fiscalité standard (alors que par exemple, la réhabilitation des bâtiments bénéficie d’un taux de TVA réduit), par une focalisation sur les émissions (théoriques) à l’échappement, et surtout par une stratégie globale d’un secteur qui mise tout, depuis bientôt cent ans, sur le renouvellement des gammes et la stimulation de l’obsolescence du parc existant dans l’esprit du conducteur-consommateur. N’est-ce pas là un principe daté à l’aune de notre profonde crise sociale, autant économique qu’écologique ?

On pourrait même envisager d’aller plus loin dans le potentiel de reconversion des véhicules en imposant aux constructeurs de demeurer garants des moteurs (et des lignes d’échappement) en les louant aux propriétaires. Sous la contrainte de baisser l’empreinte environnementale du parc des véhicules en circulation de leur marque, et pas seulement des véhicules neufs dont ils se séparent avantageusement chaque année, ces industriels pourraient être à l’initiative, dans un grand élan responsable, de vastes campagnes de « réhabilitation » des versions « décalées ».

Convaincant, non ? Ce serait en tous cas l’opportunité d’un terrain d’entente et de collaboration avec l’industrie automobile, ce qui est extrêmement rare à ce jour vu leurs pratiques et leur éthique. L’appel est lancé !



Rejoignez nous sur :
Le Manifeste de l’Agroécologie Paysanne (Nyéléni 2017)

Forum International sur l’Agroécologie à Nyéléni au Mali, 2017

+
#StopAgroFuels

Crise alimentaire mondiale :
il est temps de réduire fortement l’utilisation des agrocarburants

+
Les formations agroécologiques dans les fermes-écoles MAP-EPI

+
Journée des Luttes Paysannes 2022

15 avril : Journée de mobilisation à Halle

+
L’agroécologie paysanne selon ECVC - La Via Campesina (2022)

L’agroécologie paysanne est un mode de vie

+
PROMOUVOIR L’AGROÉCOLOGIE PAYSANNE - RÉFÉRENTIEL DE FORMATION (2021)

Peasant to Peasant (P2P) de PaysanNE à PaysanNE (Erasmus+ programme)

+
Soirée à Bruxelles le 29 avril : comment soutenir une agriculture durable en tant que citadin.ne ?

projection du film Tandem Local et rencontre avec des associations actives pour les paysans

+
Formations SPG 2022

Rejoignez notre nouvelle formation sur le Système Participatif de Garantie du MAP.

+
Charte ’COMMUNE PAYSANNE’

+
LES COMMUNS

Cycle de réflexions et d’échanges

+
Brigades d’Actions Paysannes (BAP)

Découvrez l’agenda des chantiers paysans-citoyens en commun et inscrivez-vous !

+
5 ans après la Justice traîne des pieds ! #JusticePourJérôme

Le 20 mai 2017 un gendarme a tué un paysan : 5 ans après la Justice traîne des pieds !

+
Les (dés)honneurs de la République #JusticePourJerome

Lettre de Patrick BOUGEARD (Solidarité Paysans & L’Atelier Paysan) au Président de la République Française

+
Vous êtes fous d’avaler ça !

Jeudi 16 juin 2022 à 20h00 : Conférence/Débat à Namur

+
Déclaration de Managua

26 avril 1992

+
Déclaration de Mons

16 Mai 1993

+
Le libre-échange affame ! #OMC dégage de nos champs !

#LeLibreÉchangeAffame #OMCdégage #StopOMC

+
Formations SPG Juin 2022

Système Participatif de Garantie

+
STOP ECOCIDE

Dimanche 19 juin 2022 - Bloc Paysan à la Mobilisation Internationale XR #StopEcocide à Bruxelles

+
Révolution Agroécologique : de PaysanNE à PaysanNE - Prof. Peter Rosset

Le Mouvement de Campesino a Campesino de l’ANAP à Cuba

+
UNDROP | DROITS PAYSANS

Déclaration universelle des Droits des PaysanNEs

+
UNDROP | DROITS PAYSANS

DÉCLARATION DES NATIONS UNIES SUR LES DROITS DES PAYSANS ET DES AUTRES PERSONNES TRAVAILLANT DANS LES ZONES RURALES

+
UNDROP | DROITS PAYSANS

Fiches de Formation du CETIM

+
Système Participatif de Garantie

Nouvelle Vidéo sur le SPG

+
Stop Nouveaux OGM

Signez la pétition européenne

+
Code Rouge # Stop TOTAL

8 & 9 octobre 2022

+
Souveraineté Alimentaire

+
Forum de Nyéléni pour la Souveraineté Alimentaire

Nyéléni : le mouvement international pour la souveraineté alimentaire

+
L’agroécologie paysanne au service de la justice climatique (2021)

Un outil numérique pour l’éducation populaire

+
SECRETS TOXIQUES

Visionnez le film de la campagne et signez la pétition européenne

+
ACCES A LA TERRE | Audition du MAP au Parlement Wallon, 29 avril 2021

+
Agenda Paysan / FB

+
Adhérer au MAP

+
LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE MAINTENANT !

Un guide de La Via Campesina sur la Souveraineté Alimentaire

+
Le MAP

Nos Fondements

+
Manifeste de l’Agroécologie Paysanne (2017) Affiche 7 piliers de l’AEP + livret CNOP

+
L’agroécologie paysanne réalise la justice climatique (2018)

Publication à télécharger

+
Déclaration du forum international sur l’agroécologie (Nyéléni 2015)

Forum International sur l’Agroécologie à Nyéléni au Mali, 27 février 2015

+
Carte des SPG du MAP

Les SPG du MAP en 2021 et 2022

+
AgroEcologie (AE/CSM) Mécanisme de la Société Civile et des Peuples Autochtones (csm4cfs)

+
Festival AgriCulture 2022

Rd-vs les 8 & 13 octobre 2022 à Neufchâteau

+
Stop Alibaba & co

Carte Blanche et APPEL de la Société Civile

+
L’agroécologie en Mouvement • WE de Mise au Vert • 22 & 23 octobre 2022

+
LeMAP.be/ReseauxSociaux | LeMAP.be/SocialMedias

Occupation d’internet et des réseaux sociaux par le Mouvement d’Action Paysanne

+
LA LETTRE

Bulletin de liaison des campagnes

+
9 mouvements pour une cavale #JusticePourJerome

Théâtre "Le Rideau" de Bruxelles du 18 au 29 octobre 2022

+
Mobilisation européenne à Bruxelles le 27 octobre 2022 à 15h00 : Detox EU Agriculture !

Avec la coalition Good Food Good Farming devant le Parlement européen (place du Luxembourg)

+
20/10 Ciné-rencontre avec Gérard Choplin autour du film "Les Jacques"

Jeudi 20 octobre 2022 à 20h00 au Grand Hornu à Mons

+
Déclaration de la Journée internationale pour la souveraineté alimentaire 16 oct 2022

#ViaCampesina #FoodSovereigntyNow #16oct22 #16oct2022 #WorldFoodDay #WorldHungerDay

+
Souveraineté Alimentaire en Europe - Déclaration de Krems (2011)

LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE EN EUROPE MAINTENANT !

+
The Campesino-to-Campesino agroecology movement of ANAP in Cuba : social process methodology in the construction of sustainable peasant agriculture and food sovereignty - Journal of Peasant Studies (January 2011)

+
30 ans de luttes collectives, d’espoir et de solidarité (avril 2022)

Déclaration politique de La Via Campesina à l’occasion des 30 ans de la Déclaration de Managua

+
Marche Climat 23 Oct 2022 : Bloc Alimentation et Agriculture

+
Justice pour Jérôme Laronze abattu le 20 mai 2017 pour avoir dit non à l’agriculture industrielle

20 mai 2017-2022

+
Le SPG Agroécologique du MAP en 2021 et 2022

+
Les PaysanNEs nourrissent la Vie !

Un livre illustré de La Via Campesina pour défendre l’agriculture paysanne

+
Taxons aussi les superprofits des multinationales du secteur agroalimentaire !

Tribune parue dans le journal L’Echo le vendredi 14 octobre 2022

+
Face aux politiques néolibérales, la naissance d’un mouvement international paysan

Le 16 mai 1993, la CPE (Confédération Paysanne Européenne qui deviendra l’ECVC) co-organise à Mons en Belgique, une rencontre internationale paysanne d’union et de la solidarité entre les agriculteurs du Nord et du Sud. Celle-ci lança le mouvement international Via Campesina.

+
Hold-up sur les semences

Stop UPOV

+
Défendre les Droits Paysans

Defending peasants’ rights - Platform of rural struggles in action

+
Protégez la biodiversité : Signez le Manifeste #StopGeneDrives

Non à la dissémination dans l’environnement d’organismes génétiquement forcés

+
24 janvier 19 février
Après-midi de rencontre avec le réseau de fermes-écoles de l’EPI et ses paysans-formateurs

Venez découvrir nos formations en fermes-écoles

+
La ferme-école de Bierleux-Haut

Formation à l’autonomie alimentaire au sein d’une petite ferme de polyculture-élevage

+
La Ferme-école Larock

Formation paysanne en biodynamie à la ferme-école Larock

+
La ferme-école "Le Jardin du Val de l’Aisne"

autonomie à la ferme

+
La Ferme-école Arc en Ciel

Mettre ses mains dans la terre pour découvrir des savoirs et savoir-faire paysans à la Ferme Arc en Ciel, ferme école du MAP-EPI depuis 2012.

+
Nouvelle date : Conseil de la St-Éloi, le 12 février 2023 à la ferme Larock

Pour enranciner ensemble le Mouvement et renforcer nos liens

+
La ferme-école du Pré aux Chênes

A la découverte du métier de paysan-boulanger, du grain au pain

+
'REVUE DE PRESSE' sur la carte